5 idées reçues sur les guides chirurgicaux pour l’implantologie

Nous sommes dans l’ère de la dentisterie numérique et les technologies de pointe telles que les guides chirurgicaux deviennent accessibles au plus grand nombre.
Dans cet article, 3Dcelo vous donne les réponses aux 5 idées reçues sur les guides chirurgicaux imprimés en 3D.

1. Le guide chirurgical n’est indiqué que pour les cas complexes :

Savez-vous que 70% des commandes passées chez 3Dcelo concernent des cas de 1 ou 2 implants ?
En effet, le guide chirurgical trouve son intérêt quel que soit la complexité du cas.
Pour les cas simples, il apporte confort, précision et gain de temps au praticien. Mais il est aussi bien adapté aux cas complexes, particulièrement pour les édentements multiples ou pour les cas de crête fine, d’une restauration dans le secteur esthétique, d’une proximité radiculaire ou avec un obstacle anatomique (nerf alvéolaire, sinus maxillaire…)
De plus, la chirurgie guidée facilite la mise en place de certaines techniques particulières telle que la mise en esthétique ou une mise en charge immédiate (le jour de la pose de l’implant).

Mise en place, au laboratoire, de l’analogue de l’implant dans le modèle en plâtre avec le porte-implant guidé transvissé grâce au guide chirurgical pour la confection d’une couronne provisoire supra-implantaire.

2. Le guide chirurgical coûte cher et nécessite un équipement de pointe :

Vous pensez que le prix est une barrière à la chirurgie guidée ?
Il existe justement des sociétés qui proposent un service de planification (proposition), conception et impression de guides chirurgicaux à des prix abordables, 100€ à 400€. 3Dcelo vous propose un service professionnel complet pour seulement 100€ plus 25€ par implant supplémentaire pour des guides à appui dentaire.

Quant à l’équipement nécessaire pour passer par leurs services :

  • Caméra optique
    Il est vrai que la caméra optique fluidifie le flux numérique mais elle n’est pas indispensable :

    • Ces sociétés peuvent envoyer un coursier récupérer une empreinte en silicone et scanner les modèles en plâtre une fois cette empreinte coulée.
      S’il est équipé, votre prothésiste peut aussi le faire
  • Cone Beam
    Il n’est pas nécessaire d’avoir un cone beam au cabinet :

    • Vous pouvez très bien envoyer le CD du cone beam fourni par le radiologue

Si vous souhaitez faire la planification et/ou l’impression :

  • Logiciel de planification
    • Il existe des logiciels de planification gratuits sur internet comme Blue Sky Plan qui nécessite un paiement de l’export du fichier numérique (STL) du guide
    • Des sociétés comme 3Dcelo s’occupent de cette étape et vous font une proposition de planification
  • Imprimante 3D
    • Un certain nombre de sociétés proposent un service d’impression de guide à partir du fichier STL à des prix allant de 40€ à 80€

3. Le guide chirurgical n’est destiné qu’aux débutants :

Il est vrai que le guide chirurgical apporte de la sécurité aux dentistes s’initiant à implantologie car il facilite le geste chirurgical. En revanche, bon nombre de praticiens experts ont recours à la chirurgie guidée pour gagner en précision, en confort mais aussi en temps opératoire (même pour des cas de 1 ou 2 implants).

Bien évidemment, le guide chirurgical ne remplace pas l’expertise de l’implantologue.

4. Le guide chirurgical imprimé en 3D n’est pas différent du guide radiologique transformé en guide chirurgical :

guide radiologique

Guide radiologique

Tout d’abord, il faut savoir que les deux procédés de fabrication de ces guides sont totalement différents. La transformation du guide radiologique en guide chirurgical est très prothésiste dépendante. En effet, le forage du pertuis pour le guidage et donc la determination de l’axe de forage implantaire se réalise manuellement, selon les instructions du praticien après consultation des images du cone beam du patient.
Le guide chirurgical imprimé en 3D est quant à lui fabriqué par une chaine complètement numérique. Il est conçu directement suite à la planification implantaire numérique (selon l’axe et la position de la future prothèse). La performance de ces outils numériques garantit une certaine précision.

guide 3D

a. Planification implantaire numérique, b. Conception numérique du guide chirurgical

Arisan et al [1] ont obtenu pour 294 implants posés, des déviations de valeurs moyennes de 1,31mm au col et 1,62mm à l’apex de l’implant avec les guides conçus manuellement et respectivement 0,81mm et 1,01mm avec les guides stéréolitographiques (imprimé en 3D).

Sarment et al [2] ont comparé le guide chirurgical fabriqué manuellement et le guide imprimé en 3D (stériolithographie). Ils ont montré que pour le premier type, la moyenne de déviation entre la planification et la position réelle de l’implant est de 1,5mm au col et de 2,1mm à l’apex de l’implant alors qu’elles sont réduites à 0,9mm et 1mm pour le guide stéréolithographique.

5. Il faut être geek pour adopter la chirurgie guidée :

Vous n’êtes pas un Cador du numérique ? Ne vous inquiétez pas, vous pouvez passer à la chirurgie guidée.
Vu la multitude des formats de fichiers et des logiciels existants il est facile de se perdre dans la chaine numérique pour la conception d’un guide chirurgical.
Afin que le praticien se concentre pleinement sur son travail à plus forte valeur ajoutée, certaines sociétés spécialisées dans ces outils numériques, notamment 3Dcelo, collaborent avec les chirurgiens dentistes et les  accompagnent au long du processus de fabrication. Ainsi, la seule compétence numérique requise est la bonne lecture du cone beam.

Conclusion

De nos jours, la chirurgie guidée se démocratise et devient un must have en implantologie.
Tous les patients ont droit à l’excellence !

Références

[1] Arisan V, Karabua ZC, Ozdemir T.
Accuracy of two stereolithographic guide systems for computer-aided implant placement: a computed tomography-based clinical comparative study.
J Periodontol. 2010 Jan;81(1):43-51. doi: 10.1902/jop.2009.090348.
[2] Sarment DP, Sukovic P, Clinthorne N.
Accuracy of implant placement with a stereolithographic surgical guide.
Int J Oral Maxillofac Implants. 2003 Jul-Aug;18(4):571-7.

Laissez un commentaire