La prothèse amovible complète supra-implantaire (PACSI) [ 1/2 ]

En prothèse amovible complète, le recours en complément de rétention à des implants fait aujourd’hui le consensus des spécialistes experts (Mac Gill et de York).
Ces thérapeutiques prothétiques implanto-portées développées ont pour finalité d’augmenter la rétention des prothèses muco-portées traditionnelles notamment au niveau mandibulaire.
Dans certains cas, en effet, la réhabilitation de l’édenté complet mandibulaire par une prothèse traditionnelle reste insuffisante et ne permet pas de répondre à tous les impératifs d’où l’idée de recourir à un nombre réduit d’implants symphysaires.
Dans cet article nous allons définir ce qu’est une prothèse amovible complète supra-implantaire ou PACSI ainsi que les deux familles de restaurations possibles en exposant les avantages et inconvénients relatifs à chaque technique et en détaillant les critères de sélection de celles-ci.

Définition


La prothèse amovible complète supra-implantaire ou PACSI est une prothèse adjointe complète classique muco-supportée mais qui est en plus implanto-retenue.
Les implants améliorent considérablement la rétention et la stabilisation de la prothèse.
Elle est considérée comme la thérapeutique de référence dans le traitement de l’édentement total mandibulaire et ce depuis le symposium de McGill en mai 2002.
Au niveau mandibulaire, il s’agit de deux implants symphysaires. Au niveau maxillaire les implants se situeront le plus souvent dans la zone du prémaxillaire, en avant des sinus maxillaires.
C’est la qualité et le volume de l’os disponible qui permettent de déterminer le nombre, de choisir la taille et le diamètre des implants nécessaires pour chaque situation clinique.
Au maxillaire, selon les données scientifiques actuelles le nombre idéal d’implants est compris entre 4 et 6. Ils doivent être reliés par une barre de rétention et suffisamment espacés pour permettre le placement de cavaliers.
La PACSI doit répondre à tous les impératifs d’une prothèse amovible complète muco-portée traditionnelle à savoir la stabilisation, la sustentation et la rétention qui seront recherchées par une empreinte fonctionnelle optimale.

Avantages


Ce type de restauration prothétique procure de nombreux avantages :
  • rétablir la phonation
  • rétablir la mastication
  • résoudre les problèmes d’instabilité des prothèses surtout au niveau mandibulaire
  • améliorer la qualité de vie des patients (thérapeutique sécurisante psychologiquement)
  • répondre aux impératifs esthétiques
  • compenser les modifications et anomalies squelettiques
  • retrouver des rapports occlusaux stables
  • répondre à la perte de la masse musculaire
  • prévenir la résorption de masse osseuse en stimulant l’os

Inconvénients


Comme toute thérapeutique, la PACSI a aussi des inconvénients. On lui reproche le surcoût, l’allongement de la durée de traitement, et la maintenance.
Dans le cadre de la PACSI le praticien a le choix entre deux grands types de rétention notamment pour les cas d’édentement mandibulaire ; les barres de conjonction et les attachements axiaux ou boutons pression.

Rétention par barres de conjonction


Source : Eid Paris

Les barres de conjonction sont vissées sur les implants par l’intermédiaire de piliers transgingivaux transvissés avec un couple de serrage approprié mais il est également possible et même préférable de réaliser des barres coulées directement et transvissables dans les implants.

En effet, les barres peuvent être réalisées au laboratoire, soit par coulée à partir de maquettes calcinables, soit par CFAO. Le titane est le matériau de choix pour ce type d’applications pour plusieurs raisons : sa légèreté, sa résistance mécanique et son excellente biocompatibilité. Par simple contact à l’air libre, il se forme une couche de passivation à la surface du titane qui lui confère une résistance exceptionnelle à la corrosion et aux attaques chimiques.
Il existe différents types de barres : Barre de Dolder de section ronde, ovoïde ou à bords parallèles, barre d’Ackermann de section ronde, la barre de Hader, la barre en U inversé et la barre fraisée.
En regard de la barre, l’intrados est équipé de cavaliers qui assurent la rétention.

Cas particulier de la PACSI maxillaire à complément de rétention par barre


Son indication principale est l’édenté total développant un réflexe nauséeux ou ne supportant pas un joint postérieur car elle offre la possibilité de réduire le recouvrement prothétique du palais et permet d’échancrer la prothèse sans pour autant diminuer la rétention et la stabilité de celle-ci.
La PACSI permet de compenser le décalage des bases osseuses du à la résorption mais également d’améliorer la phonation.
Sur le plan fonctionnel, une augmentation considérable du confort et de l’efficacité masticatoire est notée. La récupération des forces masticatoires a des répercussions sur l’esthétique du visage des patients qui se trouve rajeuni.
Comme à la mandibule, le taux de satisfaction des patients est très élevé, de par le confort masticatoire que confère cette restauration et le résultat esthétique obtenu mais aussi la simplicité des soins d’hygiène quotidiens et de maintenance.

Avantages et inconvénients


L’avantage majeur est une phase chirurgicale tolérant des axes moins parallèles.
Par ailleurs certains inconvénients sont à noter notamment l’encombrement lié à ce type de restauration, son coût élevé en raison du passage par le laboratoire et de l’utilisation de métal précieux et la maintenance de la prothèse nécessaire. Par ailleurs, ce type de thérapeutique est responsable d’une perte de sustentation fibro-muqueuse inter-implantaire.

Rétention sur attachements axiaux par boutons de pression


Source : Eid Paris

Les boutons de pression (partie mâle) sont vissés directement dans les implants et de préférence à 1 mm au-dessus de la limite gingivale. Les parties femelles sont incluses dans la prothèse amovible au laboratoire de prothèses de façon classique ou directement en bouche grâce à de la résine auto-polymérisable.


Avantages et inconvénients


Cette technique présente de nombreux avantages. Sa réalisation est simple car les prothèses amovibles sont réalisées de la même façon que les prothèses classiques et répondent aux même impératifs que la prothèse complète. La sustentation fibro- muqueuse est préservée et la rétention et stabilité de la prothèse sont considérablement augmentées, notamment à la mandibule où il est toujours délicat de réaliser une prothèse suffisamment rétentive et fonctionnelle contrairement au niveau maxillaire où la rétention des prothèses est obtenue plus facilement.
Par ailleurs cette approche a l’avantage de limiter l’encombrement et d’avoir un entretien simple pour le patient mais aussi une maintenance facilitée pour le praticien.
En revanche cette restauration se caractérise par une phase chirurgicale exigeante car elle nécessite que le parallélisme soit parfait entre les implants.

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la Newsletter 3Dcelo pour recevoir les articles et interviews du mois ainsi que les événements du secteur de l’implantologie à ne pas manquer !

Laissez un commentaire