Tout savoir sur la connexion implant-pilier [ 1/2 ]

Dans nos derniers articles, nous avons détaillé les deux principaux modes d’assemblage des prothèses fixées implanto-portées : la prothèse transvissée et la prothèse scellée. Aujourd’hui, nous allons aborder le sujet de la connexion implant pilier.

Sur le marché, il existe un large panel de connexions et de formes de piliers implantaires, et cela complique le choix pour le praticien. Ce choix représente l’une des étapes cruciales qui conditionnent la qualité, d’un point de vue esthétique mais aussi biomécanique, des réalisations prothétiques à long terme et donc le succès des implants.

Quels sont les différents types de connexions implant-pilier qui s’offrent aux praticiens ?

Avant tout, il convient de définir ce qu’est un pilier.

Le pilier
C’est l’élément qui fait la liaison entre le milieu intérieur endo-osseux et la cavité buccale. Il est composé de deux parties : le col et la partie coronaire.

Le col du pilier (trans gingival)
Il correspond à la partie en contact direct avec la muqueuse péri-implantaire. Suivant le type de connexion, il peut se fixer à l’implant par l’intermédiaire d’une vis ou sans vis. Les caractéristiques de cette vis (sa taille, son diamètre, la forme de sa tête, son filetage, nombre de spires…) peuvent varier d’un système à l’autre.

La partie coronaire
C’est la partie qui fait la jonction avec la supra structure prothétique.

La connexion implantaire
Elle correspond à un emboitement entre une pièce mâle et une pièce femelle qui assure la jonction implant-pilier prothétique. Cette connexion est externe ou interne, passive ou active, et inclut ou non un système anti-rotationnel.`

Connectique externe, interne, cone morse : Classification selon la morphologie de connexion


Initialement, les connexions étaient classées en deux grandes catégories selon l’appartenance de l’élément mâle et femelle à l’implant ou au pilier.
On parlait alors de connexion externe ou interne.

1 Connexion externe

Quand l’hexagone (partie mâle) appartient au pôle prothétique de l’implant et le pilier prothétique vient s’y encastrer (partie femelle), la connexion est dite externe.
Implant à connexion externe (le fil dentaire)

Implant à connexion externe (le fil dentaire)

Connexion externe hexagonale 

C’est la plus ancienne des implants vissés car il s’agit de celle de l’implant « Branemark ». Elle est caractérisée par un plateau en forme d’hexagone qui surmonte le col de l’implant et qui vient s’emboîter dans le pilier et constitue le système anti-rotationnel de la connexion. La  jonction  pilier-implant  se  développe  sur  la  surface  de  contact  périphérique  entre le pilier et l’implant.

Il s’agit d’un système de connexion passif avec l’hexagone du col implantaire.
Au centre de cet hexagone, il existe un pas de vis qui permet de solidariser l’implant et le pilier. La stabilité de la jonction du pilier avec l’implant est dépendante de la vis de transfixation, qui joue un rôle crucial dans le maintien de la connexion pilier-implant.
Elle est constituée d’un mode d’emboitement de type parallèle. L’assemblage des deux parties mâle et femelle ne peut se réaliser avec la partie femelle que s’il existe une tolérance car les parois ne sont pas strictement parallèles.
Cette tolérance est nécessaire mais elle est à l’origine d’un hiatus entre le pilier et l’implant qui crée des micro-mouvements pouvant engendrer le dévissage des pièces prothétiques et/ou la fracture de la vis de transfixation.

Connexion externe à créneaux

Un système à créneaux un peu différent de par sa conception a été récemment proposé (Sluzer Calcitek ou spline, Zimmerdental). Il est constitué de six digitations d’un millimètre de hauteur avec un chanfrein au bord coronal des créneaux. Cette  configuration spéciale facilite la manipulation et limite les contraintes sur la vis et sur le col implantaire.

2 Connexion interne

Une connexion est dite interne lorsque la partie femelle se situe au sein du corps de l’implant. Le pilier vient s’emboîter dans l’implant. Une vis maintient le système.
Au début de l’implantologie, ce n’était pas envisageable car l’épaisseur résiduelle des parois du corps de l’implant (< 0,5 mm) était jugée trop faible pour être compatible avec les propriétés mécaniques du titane de grade 1 ou 2. La connexion interne a pu être mise en œuvre grâce au développement de nouveaux biomatériaux en alliage de titane de grade 4 et 5 plus résistants mécaniquement. Il s’agit d’une évolution dans la volonté d’améliorer le système anti-rotationnel.
Implant à connexion interne (le fil dentaire)

Implant à connexion interne (le fil dentaire)

Sur le marché, il existe diverses formes géométriques de connexions internes qui diffèrent surtout par la forme du système anti-rotationnel.

Le plus courant est le système à hexagone interne mais il existe toutes sortes de polygones, voire des lobes ou lobules.

Type hexagone

Cette connexion présente une forme d’hexagone interne. Ce type est plus simple que l’hexagone externe et facilite la manipulation prothétique. Toutefois l’intégration de cette géométrie hexagonale à l’intérieur de l’implant fragilise le col. La mise au point d’alliages de titane plus résistants a permis de pallier ce problème.

Type polygone (octogone, dodécagone)

Le polygone interne est une évolution de l’hexagone interne. Il permet d’augmenter le nombre des positionnements des piliers selon un pas de 15° au lieu de 30° par augmentation du nombre de côtés.
Un clic audible et tactile peut être adjoint pour mieux se rendre compte de l’assise correcte et complète de la pièce prothétique.
Ces polygones permettent un positionnement facilité du pilier et empêchent  sa rotation. Plus le nombre de faces du polygone est important, plus les possibilités de positionnements sont importantes et modulables.

Système à créneaux

Un système à créneauxest aussi proposé. Ici il ne s’agit plus d’un polygone qui vient s’insérer dans l’autre ; le pilier est pourvu de 6 digitations qui viennent s’encastrer dans l’implant, ce qui offre une stabilité encore
meilleure (Système Dentsply Friadent et Système Sluzer Calcitek).

3 Cône-morse

Le cône morse a été développé en industrie pour remédier aux phénomènes de dévissage. Le principe du cône morse est fondé sur l’emboitement de deux cônes normalisés d’une conicité de 3 à 4°, dont la friction permet le verrouillage du système. On parle de « soudure à froid ».
La résistance de ce type de connexion est  plus  importante  que  la  connexion  à  plat,  et  le  risque  de  dévissage  et/ou  de  fracture  de  la  vis  de transfixation est  diminué d’une manière significative.
En implantologie, il s’agit de connexions internes coniques qui peuvent être :
  • Des cônes morses purs.
  • Des cônes morses modifiés.
Cône morse mâle et femelle (Promeca)

Cône morse mâle et femelle (Promeca)

Cône-morse pur

Le pilier est impacté au sein de l’implant, seule la friction liée au cône morse permet de verrouiller le système. Il n’y a pas de vis donc le pilier est dit « plein » car il n’existe pas de pas de vis. C’est le cas du système « Leone » ou de l’implant « Axiom » de chez Anthogyr.
Le principal inconvénient des premiers cônes morse dits « cônes morses purs » est qu’ils ne sont pas munis de systèmes anti rotationnels. Il est donc difficile de gérer le repositionnement du pilier en bouche à l’identique de la position du modèle de travail.
Il y a donc nécessité d’utiliser une clé de repositionnement qui permet le transfert.Pour résoudre cette difficulté, on associe des polygones au cône morse. C’est ce que l’on appelle l’indexation.

Cône-morse modifié anti-rotationnel  (cône de centrage)

C’est un système  intermédiaire  associant  cône  morse  et  polygone   pour   le   repérage   du   positionnement.  Dans ces systèmes, la conicité est plus importante et est supérieure à 4°. Cette augmentation rend la friction et donc la rétention du pilier plus faible d’où l’utilisation d’une vis qui renforce le maintien du système pilier/implant. C’est le cas du système « Ankylos» de Dentsply Sirona et du système « Axiom PX » d’Anthogyr.

Cône morse avec hexagone

C’est une  connexion  active.  Le  pilier  est  inséré  en  force  dans  l’implant,  on  obtient  une  pseudo-soudure  à froid,  même  si  la  vis  se  desserre,  le pilier  reste  en  place. Cette connexion est précise, stable (antirotationnelle), on peut faire le reproche à cette connexion de ne pas maîtriser parfaitement l’insertion verticale.
Entre connexion externe et interne, il était moins grave d’avoir une fracture de vis avec la connexion externe, que d’avoir à gérer une fracture de col implantaire avec la connexion interne. Toutefois, l’utilisation de titane de grade 4 ou 5 évite, aujourd’hui, ce dernier phénomène.

Connexion passive/ Connexion active : une classification selon le comportement mécanique


Il existe une autre classification des connexions implant-pilier lié comportement mécanique : Nous parlons alors de connexion passive ou active.

Les implants avec connexion passive 

C’est le cas de la majorité des systèmes implantaires. Cette connexion est définie par un léger espace entre les composants qui ne sont solidarisés que par une vis. La performance de ce type de connexion est conditionnée par sa géométrie mais aussi du jeu entre les pièces mâle et femelle.

Les implants avec connexion active 

Les connexions actives sont principalement représentées par la connexion cône morse. Le pilier, conique, vient s’insérer dans le corps de l’implant qui possède une conicité correspondante. La rétention est basée sur la friction du pilier dans l’implant. Donc, il n’existe pas d’espace entre les composants, les deux parties sont encastrées.
Dans ce type de connexion, le recours à la vis n’est pas obligatoire et dépend du système utilisé car le pilier peut être lui-même directement fileté pour se visser dans l’implant et gardera sa position grâce à la pression et la friction.
Certains systèmes n’utilisent même plus de pilier fileté mais un pilier conique de 1.5° qui est encastré par force dans l’implant. Ici seule la très forte conicité va permettre la rétention du pilier. (Exemple: système Bicon).

Conclusion

La grande variété de formes de cols implantaires, de piliers et des types de connexions proposés par les fabricants entraine un niveau élevé de difficultés cliniques liées à la réhabilitation prothétique sur implant. En effet, ces connexions peuvent être externes ou internes, actives ou passives avec des caractéristiques différentes pour chaque type.
Dans notre prochain article nous allons parler des avantages et inconvénients de chaque famille de connectique et des critères de choix.
Soyez au rendez-vous !

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la Newsletter 3Dcelo pour recevoir les articles et interviews du mois ainsi que les événements du secteur de l’implantologie à ne pas manquer !

Laissez un commentaire