Podcast de Jonathan Moriot & Raphaël Sancho

Découvrez leur expérience avec l’impression 3D !

Bonjour, tout d’abord pouvez-vous vous présenter en quelques ?

Bonjour, nous sommes Jonathan Moriot et Raphaël Moriot, deux jeunes passionnés d’impression 3D.

Jonathan : Pour ma part, j’ai commencé par une école de cadreur puis je me suis intéressé au milieu du web. Il y a 3-4 ans j’ai commencé à suivre des gens qui faisaient de l’impression 3D. C’est comme ça que je m’y suis mis et qu’elle est aujourd’hui mon activité principale.

Raphaël : J’ai fait des études d’audiovisuel, ce qui m’a ouvert les portes d’Arcade Média une boîte de montage vidéo. En 2012, 2013, je me suis lancé à mon compte. C’est aussi la date à laquelle j’ai créé ma première machine 3D.

Et comment vos chemins se sont-ils croisés ?

Jonathan : Il y a presqu’un an nous nous sommes rencontrés au TechShop, là où je donnais des formations 3D. Très vite, nous avons commencé à parler de nos passions & projets. Ça a tout de suite marché entre nous. Très rapidement j’ai proposé à Raphaël de me remplacer lorsque j’avais des empêchements et que je ne pouvais pas assurer les formations. De fil en aiguille, nous avons commencé à travailler ensemble et à porter à bout de bras des beaux projets par dizaines !

En parlant de projets, pouvez-vous nous dire quels sont les vôtres ?

L’un de nos projets, qui est celui qui nous permet de vivre de l’impression 3D, concerne les formations que l’on donne au TechShop. Elles ont lieu toutes les semaines, et la demande ne cesse de croître ! Ce qui est une bonne nouvelle pour nous ☺

Depuis 1 an, on s’investit sur de nombreux projets. Ceux qui arrivent, par exemple, sont :

L’escape Room qui a lieu à Grenoble. On nous a demandé de s’occuper de créer des pièces en 3D et des partis du décor qui devaient être faites sur-mesure.

– L’exposition Bed Time Stories, qui a lieu à Paris en Février pendant un mois au Tricycle. On s’occupe de faire des tableaux en 3D pour un artiste de musique électronique (pour en voir plus c’est par ici).

Les tampons pour visage. Ça consiste à imprimer des visages en matière flexible sur des tampons pour ensuite pouvoir les « tamponner » partout où on le souhaite. Nous travaillons avec PlayTime pour cette animation.

Et où vous voyez-vous dans 5 ans ?

Raphaël : toujours ensemble avec nos machines 3D !

Dans 5 ans, nous comptons bien toujours travailler en équipe car nous sommes complémentaires et c’est ce qui fait notre force. Et nous avons encore de beaux projets en tête… ☺

Cependant nous souhaiterions trouver un local à Bois-Colombes pour pouvoir entreposer nos machines 3D et travailler dans de meilleures circonstances. C’est vraiment notre objectif premier.

Et à long terme, pourrait-on connaître vos projets ?

Jonathan : Ca fait déjà quelques années que j’y pense, mais j’aimerai développer un projet personnel qui me tient à cœur. Pour vous donner un indice, il s’agit de livres connectés. Je n’en dis pas plus, vous verrez d’ici quelques années.

Raphaël : A long terme j’aimerai travailler sur les moteurs. Je fais des études sur la thermodynamique pour améliorer le rendement de la création des moteurs. Ce projet doit être fait en partie avec l’impression 3D.

Et une dernière question… par quel mot définiriez-vous l’impression 3D ?

Jonathan : liberté
Raphaël : possibilités

Laissez un commentaire